En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

presse 2017-2018

presse 2017-2018

Par admin lycee-champblanc, publié le mardi 5 septembre 2017 18:59 - Mis à jour le jeudi 4 janvier 2018 14:49

OUEST FRANCE 21/12/2017

Bangkok et Rome, invitées du lycée Champ-Blanc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'établissement accueille la Thaïlandaise Arin , et les Italiens Alessandro  et Eleonora . Ils viennent parfaire leur français, mais pas seulement...

L'histoire

Unne année scolaire pour Arin  et Alessandro , un trimestre pour Eleonora  de Rome. C'est le bail que la Thaïlandaise et les deux Italiens ont signé avec le lycée Champ-Blanc du Longeron. Ils ont été accueillis par l'équipe éducative et Muriel Bonneau, professeur d'espagnol et instigatrice du projet.

« Avec le concours d'un organisme qui propose aux lycéens et étudiants une large gamme de destinations linguistiques, et de la conseillère Martine Poher, nous sélectionnons les jeunes selon leur âge, goûts et motivation », explique Muriel Bonneau.

Chacun ses talents

Ainsi, Eleonora, Romaine de 18 ans, est une sportive de haut niveau en équitation, avec sa jument Esther. Elle est venue pour se perfectionner en français.Un choix qu'elle ne regrette visiblement pas : « Le cadre offert par le lycée est bien, il permet de travailler dans la sérénité. La série ES a été aussi sujette à découverte, il n'est pas impossible finalement que je me dirige vers l'économie à l'international. » Elle avoue vouloir aussi profiter des nombreux sentiers de randonnée.

Arin, 17 ans, vient de Bangkok. Au Longeron, elle suit depuis la rentrée les cours de première littéraire, à la découverte des arts, de la langue et de la culture française. Elle partage également ses talents de musicienne (violon et saxophone) avec l'orchestre de lycéens. « Au bout de trois mois, Arin a fait énormément de progrès », souligne Muriel Bonneau.

Quant à Alessandro, 17 ans et Romain lui aussi, il est venu renforcer une culture linguistique bien étoffée. Outre sa langue natale, il pratique en effet l'anglais, le grec et le latin, et parle un français déjà correct. Bien intégré, il profite de son séjour, en bon Italien, pour assouvir sa passion du football au sein de La Séguinière.

Inciter à partir

Pour le directeur Daniel Chevalier, le projet devient réalité. « Le lycée s'ouvre pour la première année à l'international, en accueillant des jeunes étrangers scolarisés, qui veulent étudier en France, souligne-t-il. Notre objectif est de permettre aux lycéens longeronnais de s'ouvrir sur le monde en accueillant, mais aussi avec pour perspective de vivre la même expérience. »

Muriel Bonneau conclut en espérant aussi voir le dispositif fonctionner dans les deux sens. « Les séjours à l'étranger ne sont pas forcément aussi longs. Nous pouvons proposer un stage d'une semaine à Salamanque, en Espagne, pour des élèves de seconde.»

------------------------------------------------------------------------------------------

Ouest France 20/12/2017

« Le lycée a reçu une récompense la semaine dernière par le comité départemental olympique et sportif, grâce aux bons résultats des pongistes l'an passé », explique Antoine Cherbonier, professeur d'EPS, responsable de l'option tennis de table du lycée Champblanc.

Tous les ans, le comité départemental olympique et sportif du Maine-et-Loire organise une soirée des Champions. L'objectif de ce moment est de récompenser les sportifs du département qui ont brillé sur la scène nationale.

Le lycée Champblanc faisait partie de la fête puisque les pongistes de l'établissement étaient nommés dans la catégorie Champion de France scolaire pour leurs différents titres remportés lors des championnats nationaux de l'union générale sportive de l'enseignement libre remportés l'an passé. Enzo Marchais et Louis Poirier ont ainsi représenté l'équipe des cadets lors de la soirée et ont reçu un trophée souvenir.

 

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ouest France 8/12/2017

Le théâtre en classe de lycée avant la scène

La Cie du Menteur volontaire sera à la Loge, à Beaupréau, avec son spectacle Margot. Un comédien est venu au lycée  Champ-Blanc pour en parler.

Le rendez-vous

Margot, d'après Massacre à Paris, de Christopher Marlowe,est la nouvelle création de Laurent Brethome.Une production théâtrale queScènes de Pays dans les Mauges et la Ciedu Menteur volontaire ont souhaité partager, entre autres, avec les adolescents.

« En avant-première du spectacle, qui retrace la nuit de la Saint-Barthélemy, une explication de texte est proposée aux lycéens de La Pommeraye, de Beaupréau et du Longeron », explique Sylvie Ballegeer, chargée des relations publiques à Scènes de Pays.

Une démarche d'ouverture qui a provoqué l'intérêt, au lycée Champ-Blanc du Longeron, de Véronique Brouard, documentaliste, et Stéphanie Faure, enseignante. « C'est en lien avec le programme de terminale », précise telle.

Violence et barbarie

Ainsi, mardi, devant une assemblée de 55 élèves de première STMG et de terminale littéraire, Dominique Delavigne, comédien de la Cie du Menteur volontaire a abordé la pièce, son contenu et les choix artistiques faits pour la scène. Avant d'évoquer, plus généralement, les métiers du spectacle vivant.

Beaucoup gardent en tête La Reine Margot, le film de Patrice Chéreau avec Isabelle Adjani dans le rôle-titre. Une adaptation du roman d'Alexandre Dumas. Au théâtre, Margot garde la trame des guerres de religion autour du mariage de la catholique Marguerite de Valois et du protestant Henri de Navarre, le futur roi Henri IV.

« C'est une approche construite comme un roman policier à connotation amoureuse mais surtout politique, souligne Dominique Delavigne. Avec en toile de fond la lutte pour le pouvoir, où les gentils peuvent devenir méchants, les méchants devenir gentils.»

La difficulté, pour Laurent Brethome etla troupe d'acteurs a été, semble-t-il, de transmettre en direct une violence coutumière à cette époque. « Une pièce écrite seulement 15 ans après le massacre de la Saint-Barthélemy par Christopher Marlowe. Laurent Brethome a dû faire un travail de mise en scène pour en faire une oeuvre cohérente. »

C'est donc dans une histoire agitée que nous convie la Cie du Menteur volontaire, avec sa quinzaine de comédiens. Dans une scénographie à la hauteur, les spectateurs sont les témoins contemporains d'une énigme : « Comment la barbarie naît-elle puis se déploie ? »

La pièce sera jouée à l'intention des lycéens, lors d'une séance spéciale, lundi 11 décembre, à 13 h 45. Le lendemain soir, ce sera pour le grand public.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ouest France 29/11/2017

À chacun de trouver la bonne formation post-bac

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au lycée Champ-Blanc, l'équipe éducative se mobilise pour proposer aux lycéens la possibilité d'une orientation vers l'enseignement supérieur, ciblée et personnalisée.

L'initiative

Les professeurs de première et terminale ont invité d'anciens élèves à participer, samedi matin, au lycée Champ-Blanc, à un forum sur les formations post-bac, coordonné par Pierre Breton, prof de philosophie.

« Renvoyer l'ascenseur »

Pour les enseignants, « ces désormais étudiants, en évoquant leur parcours, ont la capacité de donner aux lycéens des éléments d'appréciation quant à leur choix d'orientation ».Organisé tous les deux ans, ce rassemblement de compétences et d'expériences vécues s'avère pertinent, si l'on en juge par l'affluence des élèves et parents en quête d'informations.

Un sentiment partagé par Anne, élève de terminale L et Marjolaine, en terminale S : « C'est intéressant d'échanger avec des interlocuteurs qui ne sont pas beaucoup plus âgés que nous. Ça faciliter ainsi notre choix. » Pour l'instant se dessine la perspective d'une classe préparatoireen langue pour Anne, en physique-chimie pour Marjolaine.

Aimé Debelly et Benjamin Barraud, futurs profs d'éducation physique et sportive, actuellement en 4e année, ou encore Erwan Lessard, futur architecte, en 2e année (IUT), parlent de leur motivation et des difficultés que l'on peut rencontrer.

« Nous avons nous aussi bénéficié des avantages de ce forum, profité des conseils de nos aînés, souligne Aimé. Nous sommes contents de pouvoir renvoyer l'ascenseur. Et puis, c'est une occasion de revoir des professeurs et certains camarades de classe. » Six pôles de formation étaient représentés.

Réforme à suivre

Ce forum crée un climat de confiance, jugé nécessaire pour une première réflexion des élèves sur leur avenir. Champ-Blanc se veut ainsi un établissement sensible à l'importance d'une orientation maîtrisée, à l'image du plan étudiantactuellement à l'étude.

« Toute l'équipe éducative se mobilise dans le cadre de cette réforme, explique le directeur Daniel Chevalier. Lundi et mardi, 35 intervenants, représentant toutes les branches professionnelles, ont été accueillis dans l'établissement avec, pour objectif, une connaissance plus approfondie des réalités de l'entreprise et des filières potentielles. »

Deux professeurs principaux seront en place en terminale, dès le mois de décembre. Ils engageront une semaine de réflexion, avant Noël, puis une autre en début d'année, pour partager avec tous les enseignants les premiers fruits de cette orientation choisie.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Courrier de l'Ouest samedi 18/11/2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article du Courrier de l'Ouest du 13/11/2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand le député va à la rencontre des lycéens

Publié le 13/11/2017 dans Ouest France

Denis Masséglia, député de la cinquième circonscription du Maine- et-Loire, ne s'était encore jamais rendu dans un lycée. C'est chose faite à Champ-Blanc.

« C'est la première fois que je rencontre des lycéens ! », lanceDenis Masséglia, député, aux élèves de STMG (sciences et technologies du management et de la gestion) du lycée Champ-Blanc. Le tout en présence, vendredi, de Jacky Quesnel, maire délégué du Longeron, et de Marie-Dominique Colineau, professeur.

Les élèves, loin de bouder leur plaisir, n'ont pas lésiné sur les questions. Un échange qui, grâce à la spontanéité de l'élu, s'est avéré des plus instructifs.

« J'ai voté blanc »

Et l'interrogation qui taraudait tous les esprits ne s'est pas faite attendre : au fond, qu'est-ce qui a motivé l'engagement politique du député ? « Ingénieur investi dans ma profession, je n'étais pas vraiment intéressé par la politique, répond, sans ambages,Denis Masséglia. En 2007 et 2012, aucun profil ne me convenait. J'ai voté blanc. Le vent nouveau qui a soufflé en 2017 m'a laissé penser que je pouvais être utile. »

Et ça fait quoi d'être élu ? Quel sentiment éprouve-t-on ? « Émotion et fierté bien sûr ! Mais aussi un brin d'inquiétude quant à ma capacité de répondre aux souhaits de mes électeurs et d'améliorer leur quotidien. »

Du côté des élèves, ça continue de plus belle. En un heure trente, ils auront posé pas moins de 25 questions. Ils veulent tout savoir, tout comprendre. Comme pour se mettre à la place du député. Ils passent sa vie d'élu à la moulinette. « Député est vrai métier, une vie professionnelle à plein-temps ! La charge de travail est, quelques fois, de plus de 100 heures par semaine. Mais c'est le temps nécessaire pour défendre ses idées. »

Ouest France le 17/10/2017

Les lycéennes ont choyé les aînés pour leur déjeuner

Dimanche, à la salle des loisirs, la municipalité du Longeron avait invité les aînés pour le traditionnel repas annuel. Ils furent ainsi un peu plus d'une centaine à venir écouter le maire délégué, Jacky Quesnel, informer sur les différents travaux et projets de la commune, notamment le premier coup de pelle de la maison de retraite prévu en fin d'année.

Ce déjeuner étant servi par la jeunesse locale, des lycéennes de Champ-Blanc étaient cette année préposées à son bon déroulement, entre assiettes et chansons. L'occasion, grâce à la générosité des anciens, de gagner quelques sous pour financer un prochain voyage d'étude.

Article du Courrier de l'Ouest du 16 septembre 2017

Article Ouest France du 19 septembre 2017

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe